Inceste symbolique


Inceste-symboliqueMarianne vient me consulter pour cause de perte totale de désir sexuel pour l’homme de sa vie. Son thème décrit une jeune femme dynamique et indépendante, passionnée, aimant faire la fête, et pour qui la sexualité tient une grande place dans la relation  amoureuse. Elle a vécu beaucoup d’aventures passionnées avant de rencontrer Christian.

Leur rencontre a été un coup de foudre et elle s’est très vite retrouvée enceinte, ce qui l’a comblé de bonheur. En effet, à 31 ans, elle se sentait prête à fonder un couple et une famille. Tout allait donc comme sur un nuage… sauf que… elle a perdu toute libido dès le début de sa grossesse ! Cele ne l’inquiète pas trop dans un premier temps, toute à son bonheur de future mère puis de jeune maman. Mais voilà deux ans que leur enfant est né et le désir reste absent. Malgré l’amour réciproque, le couple est devenu très conflictuel et ils sont au bord de la rupture.

Leurs prénoms, Christian et Marianne, les relient au Christ et à Marie : ils nous mettent sur une piste d’inceste symbolique. Peut-on imaginer un seul instant des relations sexuelles entre Jésus et sa mère la Vierge Marie ? Même sans être particulièrement religieux, nous vivons dans une culture où les archétypes du christianisme sont extrêmement puissants dans l’inconscient collectif.

Christian ne connait pas l’histoire de sa mère, ni de sa famille maternelle… Il sait seulement qu’elle a eu un premier enfant, un garçon mort-né dont elle n’a jamais pu faire le deuil. Christian est le dernier de la fratrie après Emmanuel (le Messie) née le 15 février et Gilles (il gît, ci-gît) né le 13 Février. Lui-même s’appelle Christian (le Christ, le Sauveur) et il est né le 18 février. Toute la fratrie est donc née en février, probablement aux alentours de l’anniversaire de la date de naissance de l’aîné. Il ne fallait pas moins de trois enfants pour tenter de combler le vide laissé par le premier (qui faisait probablement écho à d’autres morts dans d’autres générations…)

Contrairement à Gilles qui n’a pas réussi à développer une vie personnelle et continue à vivre et à travailler avec ses parents, Christian a « réparé l’histoire familiale » en utilisant ses dons d’aide aux autres : il est thérapeute.

Avant de rencontrer Marianne, Christian a d’abord épousé Cécile (prénom en lien avec la cécité, qui peut faire penser à des secrets de famille de son côté aussi) Cécile est née un 26 Décembre, à Noël, et devait être elle aussi une sorte de « Christ Sauveur » pour sa famille ; notre inconscient nous dirige souvent vers des conjoints porteurs de fidélités familiales similaires. Ensemble, ils ont conçu un enfant mais leur vie de couple étant devenue impossible dès la conception de cet enfant (sans raison logique) ils ont fait le choix d’une IVG (en écho à la perte du 1er enfant de la fratrie de Christian) et puis du divorce. Marianne est elle aussi née au moment de Noël, le 21 Décembre. Dans sa famille, il y a des histoires d’enfants morts et des problèmes de handicap chez les grands-parents.

Avec cet éclairage astrogénéalogique, on comprend mieux la force de leur attirance mutuelle et la difficulté à vivre sereinement les relations sexuelles. En effet, leurs inconscients ont bien repéré les problématiques communes, chacun ayant pu être attiré par le sauveur que représentait l’autre. Mais, identifiés par leurs prénoms au Christ et à Marie, « l’immaculée conception », l’inceste symbolique le plus inconcevable a vite bloqué le désir naturel.

Heureusement, la prise de conscience faite par cet éclairage leur a permis de se libérer de ce lourd héritage : quelque temps après la consultation, j’ai reçu le faire-part de leur mariage !

→ Histoires Vécues